Vincent HADOT

Vincent
HADOT
Élève conservateur du Patrimoine - INP - Paris

Carte d'identité

Vincent HADOT

Parcours : Classe préparatoire au concours de l'Institut National du Patrimoine, spécialité en archéologie française des périodes historiques.

Année du diplôme : 2010.

 

Si vous deviez définir l’École du Louvre en 3 mots ? 

Savoir, Beau, Chance.

 

Un(e) enseignant(e) ayant marqué votre scolarité ?

Claude Grapin, conservateur du Musée d'Alésia. Il intervenait dans le cadre de la classe préparatoire au concours de conservateur du patrimoine. Son retour d'expérience m'a paru particulièrement précieux, d'autant plus que je m'intéresse énormément aux musées de sites, d'histoire et d'archéologie.

 

Une oeuvre coup de coeur durant votre scolarité ?

L'Amour blessé du musée des Beaux-Arts de Valenciennes est de loin mon œuvre favorite de Jean-Baptiste Carpeaux (j'ai dirigé récemment le musée de Valenciennes qui conserve une collection de référence sur l'artiste). L'œuvre est éminemment tendre et son histoire est violente dans le même temps. Elle représente le fils aîné de l'artiste, Charles Carpeaux, futur archéologue photographe en Asie du Sud Est, à qui le musée de Valenciennes a récemment consacré une exposition en collaboration avec le musée national des Arts asiatiques Guimet.

 

Votre parcours depuis votre départ de l'École du Louvre en quelques mots ? 

J'ai validé le concours d'attaché de conservation du patrimoine en 2010. J'ai dirigé de 2011 à 2015 le musée du feutre de Mouzon (Ardennes), puis ai pris la direction de 2015 à fin 2019 du Musée des Beaux-Arts et du service archéologique municipal de Valenciennes. J'ai validé en décembre 2019 le concours interne d'accès au corps d'État de conservateur du patrimoine et suis actuellement en formation à l'Institut National du Patrimoine, avant ma prochaine affectation à l'été 2021.

 

Quelles sont actuellement vos missions comme élève conservateur ?

L'élève conservateur est en formation d'intégration post-concours, avant de prendre son poste. Durant 18 mois, nous alternons entre cours magistraux, cours de spécialité, et stages en France comme à l'étranger, pour nous préparer aux missions de conservateur.
 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous pour les jeunes diplômé(e)s ? 

La carrière professionnelle n'est pas un long fleuve tranquille, mais c'est aussi ce qui fait son charme. Les débouchés de la filière culturelle ne sont pas immenses, persévérez, croyez en vous, et -surtout- cultivez votre "passion" pour le patrimoine.

 

Pour en savoir plus sur l'actualité des élèves de l'INP et du musée des Beaux-Arts de Valenciennes :

Cliquez ici et ici